Dubstep.fr est un média communautaire et participatif. Cet article vous est fourni par un membre de la communauté Dubstep.fr. Merci à Benjamin pour son report de la soirée de Infest !
Si vous souhaitez écrire un article sur un sujet en rapport avec la culture dubstep, n’hésitez pas à nous envoyer un MP ou un mail via contact@dubstep.fr. Nous serions fiers de pouvoir vous donner une audience et contribuer à la médiatisation de la scène dubstep francophone.

Dubstep.fr

L’association strasbourgeoise 1518, dont le nom vient de l’épidémie dansante de la même année, est connue pour ses événements bass music et psytrance tels que Pandemia, Contagion et Psychose.

    L’Infest, contrairement aux événements d’avant, s’est déroulé sur deux jours avec une première soirée bass music le vendredi 22 février, et psytrance le samedi 23. Vous vous en doutez, on s’intéressera ici à la soirée de vendredi, avec un line-up qui n’a rien à envier aux autres soirées environnantes car les deux têtes d’affiches ne sont autres que Ganon et Code: Pandorum !

Crédits : Mathilde Cybulski

La soirée commence sur le set en B2B des locaux Owgee et Akuu, du collectif Toxic Squad. L’ouverture se fait sur une note de riddim, ce qui précipite les amateurs du genre vers les barrières. Le duo a su maîtriser les aller-retours entre riddim enragé et heavy dubstep et même un peu de jump-up, donnant un set d’opening très dynamique qui annonce la couleur.

Vient ensuite le tour de MrG, désormais omniprésent sur la scène dubstep strasbourgeoise. L’homme au masque de Mr. Jack enchaîne les drops à une vitesse folle et balance une poignée d’IDs devant un public grandissant de plus en plus.

Soudain, la musique s’arrête et Code: Pandorum monte sur scène pour un anniversaire surprise : le sien.

https://www.instagram.com/p/BuND5QxF4rX/

Après ça, MrG est rejoint par son partenaire de toujours, Jokaz, pour un B2B surprise pendant les dernières minutes du set qui étaient pour le moins explosives.

Après le passage des artistes locaux, on peut dire que le public est prêt pour ce qui va suivre. Ganon fait son entrée en scène devant une foule qui n’attend qu’une chose : de la lourdeur.. Et ils n’étaient pas déçus car le français a sorti l’artillerie lourde ! De ses classiques à quelques unes de ses exclus en passant par des doubles drops parfaitement exécutés et même de la drum and bass, il nous fait comprendre que lui aussi est là pour tout retourner…

Tout retourner ? C’est littéralement ce qu’a aussi fait l’allemand Code: Pandorum ! Son intro orchestrale a fait frissonner tout le monde et la succession d’IDs tous plus lourds les uns que les autres n’est pas sans rappeler son mix « Leviathan Chapter 1 ». Pendant une heure et demi, on a le droit à des machine guns, pan snares, et autres synths ultra chargés pour notre plus grand plaisir. La variété de tempo a été un énorme point positif dans ce set, car on a eu droit à de la drum and bass, de la midtempo, de l’hybrid trap, du half-time… Le tout façon Code: P !

Seul petit point négatif : le show de Code: Pandorum est habituellement fait pour être accompagné de son fameux visuel, mais la scéno, bien qu’efficace ne le permettait pas.

Le dernier set de la soirée est signé VanMahner, qui a fait les choses bien avec un set drum and bass pour satisfaire les amateurs du genre qui étaient toujours aussi chauds.

En conclusion, 1518 a eu raison de voir grand pour cet event, car ça ne présage que du bon pour la suite, autant pour l’association que pour l’avenir du dubstep strasbourgeois.

Benjamin Michalski

Puis suivre 1518 :

http://www.1518.fr

https://www.facebook.com/quinzecentdixhuit/

Commentaires